Environnement

Le premier label anti-éolien de France créé par un petit village d’Indre !

today3 décembre 2021 60

Arrière-plan
share close

Le village de Mâron-en-Berry (Indre) vient de créer un label anti-éolien. Une première en France. Le maire Gilbert Blanc a déjà été contacté par d’autres communes intéressées pour rejoindre ce mouvement.

Le village de Mâron-en-Berry (Indre), qui compte 770 habitants, s’est lancé dans un combat total contre les éoliennes. Les élus et la population sont totalement opposés à leur développement et à leur implantation. Le maire Gilbert Blanc (SE) est même allé jusqu’à créer le label « Commune sans éolienne » qu’il a dévoilé en novembre 2021. Une première en France.

Ce label a été déposé à l’INPI mais peut-être utilisé par d’autres communes françaises et ce gratuitement. « Il est à télécharger sur le site de la mairie », glisse Gilbert Blanc que nous avons pu joindre. « Plusieurs villes nous ont déjà contactés car elles sont intéressées par ce label. Elles sont situées dans le Nord-Pas-de-Calais, dans la Vienne et la Haute-Garonne. »

 

Un logo apposé à l’entrée de la commune

Le 4 décembre 2021, le conseil municipal de Mâron-en-Berry se réunira et devra se prononcer sur ce label mais « le logo a déjà été apposé sur le panneau d’entrée de la commune, reconnaît le maire. Ce vote est surtout pour rendre tout cela officiel. » La délibération devrait être votée à l’unanimité car tous les élus sont de fervents opposants aux éoliennes. Lors des dernières élections municipales, Gilbert Blanc avait créé la liste « L’Air libre à Mâron » qui s’opposait justement à l’implantation de mâts à Mâron-en-Berry.

« En 2019, nous avons découvert qu’un projet de quatre éoliennes allait voir le jour », se souvient-il ajoutant que le parc devait être créé à quelques centaines de mètres de l’école. « Nous avons distribué cinq tracts durant la campagne dont quatre qui portaient uniquement sur les éoliennes. » Avec ses colistiers, il a été élu dès le premier tour et il a fait annuler toutes les décisions de l’ancienne majorité concernant ce sujet.

 

Il mène « une guerre de l’information »

Gilbert Blanc, qui réside dans la commune depuis 30 ans, est notamment membre de la Fédération d’environnement durable et de l’association Berry Énergie et Paysages. Avec sa nouvelle casquette de maire, il continue à militer contre les éoliennes et ce même sur le site de la Ville où une page est consacrée à la lutte contre les éoliennes. Plus globalement, il estime que les élus locaux et la population manquent d’informations sur le sujet.

« Je comprends les maires et je ne leur jette pas la pierre, débute-t-il. Ils ont 70 ans et ne savent pas ce qu’est une éolienne. Même les ministres et les députés ne s’y connaissent pas. » Alors Gilbert Blanc s’est engagé dans « une guerre de l’information ». Après les tracts électoraux, il souhaite convier les habitants à la projection d’un documentaire anti-éoliennes.

 

Un impact sur la santé et l’environnement

Pour expliquer cette opposition totale à l’éolien, Gilbert Blanc dénonce en premier lieu la pollution sonore et visuelle. « Quand on parle d’une éolienne de 180 mètres de haut, on ne sait pas à quoi cela correspond. C’est 60 étages ! », s’insurge-t-il. Il craint des impacts sur la faune et sur la santé comme des maux de tête, des acouphènes…

Dans un rapport publié en 2017, l’Académie de médecine nuance toutefois l’impact des éoliennes sur la santé, publié en 2017. « Les nuisances sanitaires semblent avant tout d’ordre visuel. Au plan médical, le syndrome des éoliennes réalise une entité complexe dans l’expression clinique de laquelle interviennent plusieurs facteurs. Certains relèvent de l’éolienne, d’autres des plaignants, d’autres encore du contexte social, financier, politique, communicationnel. »

 

La justice française vient pourtant pour la première fois de reconnaître le syndrome éolien qui entraînerait, selon des experts, de la fatigue, des nausées, des troubles du sommeil et du rythme cardiaque. Dans le Tarn, un couple a gagné son procès début novembre contre les sociétés qui exploitent six éoliennes près de chez lui. Il a réussi à faire reconnaître que la dégradation de son état de santé était en lien avec ce parc.

Écrit par : Jérémy RIAUTET

Article précédent

FAITS DIVERS

Tours. Son épouse meurt percutée par un tram en 2018, il réclame 100 000 € à la société de transports

Un homme a décidé d’attaquer en justice la société Keolis, l’exploitant du réseau de transports de Tours (Indre-et-Loire), après la mort de son épouse en 2018. Cette dernière avait été percutée par un tramway. Le procès s’ouvrira le 24 février 2022.   Un procès civil se déroulera le 24 février 2022, devant la première chambre du tribunal judiciaire de Tours (Indre-et-Loire). Un homme compte demander réparation et 100 000 € de dommages et intérêts […]

today3 décembre 2021 3

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs marqués d’un * sont obligatoires

0%